Sculpture en Styrofoam

Le modèle en 3D a été mis à l’échelle adéquate et découpé en tranches de 50mm, avec le logiciel de modélisation. Les projections de ces tranches, vue de dessus, ont été imprimées sur du papier et découpées à l’aide d’une paire de ciseaux. La raison de l’épaisseur des tranches provient du prix du Styrofoam. En effet, les plaques de 50mm sont les plus économiques au m3 dans ma région. 0.8m3 ont été acheté pour env. 90€

Afin de pouvoir commencer, un dispositif de découpe au fil chaud a été bricolé avec des planches de récup, un bout d’alu et des équerres, Le fil résistif provient de chez Conrad sous la ref. 421201 pour env. 4€ les 5m.
Après essais, le courant appliqué au fil de 170mm est de 2,8A qui correspond à une avance en douceur presque sans fumée.

Les impressions détourées sont ensuite utilisée comme patron pour la découpe des tranches en Styrofoam.

Ces tranches sont ensuite collées et maintenues en place par des cure-dents (pour le positionnement, des cibles avaient été imprimées, au préalable). La colle utilisée est de type polyuréthane (Forbo Balcotan 60101, 18€ les 750gr) qui colle très bien le Styro et s’expanse en séchant. Elle permet d’obtenir un joint pas trop dur par rapport au Styro.

Une ébauche de buste commence à prendre forme:

L’ébauche complète (enfin presque, il manque les bras sur la photo).

Ensuite, l’ébauche est taillée à l’aide d’un couteau de cuisine finement dentelé, pour arriver à la forme définitive. Passage au papier de verre 60 pour affiner les courbes.

Au passage, la poussière de Styro n’est pas très fine mais ennuyeuse. Sans doute en raison du frottement généré par le papier de verre elle est très statique et colle partout.

La schtroumpfette Le noyau a été ensuite enveloppé de 5 couches de bandes de papier journal enduites de colle d’amidon après remplissage des joints des tranches et autres défauts au Moltofill. A ce stade, le modèle pèse 3,5 kg. Il est donc facile à déplacer dans mon petit galetas.

Il reste à finir les mains qui sont décalquées de mes propres mains posées à plat. Les articulations de chaque main sont coupées et recollée avec la bonne orientation. La main gauche sera terminée quand le blaster à double effet ionique sera confectionné à partir d’un jouet en plastique.
Je pense utiliser de la pâte à papier mélangée à de la colle d’amidon pour réaliser les plis du vêtement et détails qui seront ensuite recouverts de bandes de papier pour lisser. Les moulures seront meulées à l’aide d’une petite perceuse à main. Idem pour les coutures du vêtement.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

© 2018 AGAB |